CARNET NOIR

Quand on perd l'élégance, on perd tout

Avoir le choix c'est le mariage des rois

Contenir son énergie pour mieux l'offrir

Ne pas agresser mais bousculer oui

Parfois je te laisse mes promesses

A force d'équilibre on tombe

Etre ambitieux c'est se surpasser

Il faudra quitter l'inquiétude

Le partage ça soulage

Se taire pour mieux s'entendre

 

Parfois le désir peut prendre la direction d'un voyage

Un horizon lisse en moi se glisse

C'est officiel je viens du ciel

Je penche pour toi

A la rose l'épine va bien

J'aimerais être le cendrier de Cendrillon

La tendresse est pudique

On se croise aux berges d'un nuage

S'endormir pour mieux se réveiller

Je convole en murmure à tes pieds éblouis

On en verra d'autres des hématomes

Le cœur est souvent un mauvais perdant

 

Parfois il peut pleuvoir sans pluie et illuminer sans lumière

Les nuits d'hiver, j'ai des plaisirs radiateurs

Quand tu ne sais pas quoi faire fait une chose simple

Ne pas avoir peur de partager des éclats

Me sauve sous la montagne mauve

J'ai arrêté le trampoline je volais trop haut

Je ne finis jamais comme je commence

Aujourd'hui j'irai me taire en plein air

J'attends la nuit pour que tout soit plus clair

Il faut apprendre à dire au revoir

Du départ je n'ai que l'idée du retour

J'aime retrouver l'été en septembre

 

savoir s'arrêter pour mieux recommencer

J'aime à penser mon avenir sans limites

Il faut du courage pour s'avouer vaincu

Je n'explique pas mes hasards mais j'ai de la chance

attendre pour atteindre

Tant de bruit pour ne rien dire

Oublier par oubli

Se méfier de trop discourir

ne pas se limiter

prendre ses faiblesses pour des alliés

 

Moi et moi un jour ensemble

D'elle-même l'éponge ne rejette pas l'eau

Le silence s'installe le bruit se tait

Soudain être un voleur de diligence

Ecrire c'est donner du volume à la pensée

Aimer sans définition

Regarder de loin ceux qui ont un bonheur proche

Faire fi du quand dira t'on

Peut-on tempérer les futures tempêtes ?

Respecter les vieux arbres cette mémoire vivante

Parfois un rien m'enchante

Sans scrupules je copule avec le ciel

Vous regardez de l'intérieur

S'éloigner pour mieux se rapprocher

C'est envoûtant de se faire épingler

Accuser ses océans de faire encore des vagues

L'insolence à des marées que la lune ignore